Pornographie boursière

Ruby est née aux Etats-Unis, dans la banlieue de Détroit, il y a une trentaine d’années. Elle travaille aujourd’hui comme chartiste dans un cabinet d’analyse financière à Paris. Il faut dire qu’elle a le physique de l’emploi. Son enveloppe charnelle dessine à la perfection la frontière des utilités possibles et ses courbes généreuses tendent irrésistiblement à la maximisation du bien-être au sens de Pareto. Au-delà de ses actifs corporels, Ruby se distingue surtout par son sens de l’initiative. Libérale dans l’âme, allergique par nature à toute situation de monopole, elle ne jure que par l’esprit d’entreprise et ne cache pas ses sympathies anarcho-capitalistes. Elle n’hésite pas d’ailleurs à citer Proudhon (« La propriété, c’est le vol »), pour dénoncer le comportement de son compagnon, beaucoup trop possessif à son goût.

Aujourd’hui encore, je conserve intact le souvenir de notre premier 5 à 7, digne d’un rallye boursier. Dès l’ouverture de la séance, elle s’incline avec déférence devant mon canal haussier et le parcourt de bas en haut, de long en large, jusqu’à la lie - Ruby sur l’ongle. A la faveur d’un renchérissement du dollar par rapport à l’euro, elle prend le dessus pour diriger les opérations, ce qui favorise les exportations tout en soulageant mes lombaires. Pour donner le change, j’explore son triangle découpé en fanion et butine son island reversal. A la suite d’un pull back habilement anticipé, je me retrouve face à son bottom et décide de placer un put pour le moins aventureux. Le range est étroit, mais le plaisir est au rendez-vous grâce à l’effet de levier. C’est alors que l’Université du Michigan publie son indice de confiance des consommateurs, qui s’établit à… 69, chiffre très en deçà des attentes. Le mouvement de repli est immédiat. Charitable, Ruby me propose un petit remontant :

- Tu veux un yaourt ?

Dopé par les rumeurs d’OPA hostile sur Danone, je repars à la hausse et multiplie les positions, à la vente comme à l’achat. J’ai beau avoir été déclaré inapte au service national (réformé P4), je mets un point d’honneur à défendre le patriotisme économique face aux appétits yankees. Défiant la loi de Turgot sur les rendements décroissants, je sacrifie à toutes les figures du Kâma-Sûtra boursier : chandelier japonais, étoile du soir, tête-épaule inversée, harami, doji… Au moment où retentit le gong final, je ne peux m’empêcher de pousser un call de satisfaction, tandis que Ruby est parcourue de spasmes, semblables aux vagues d’Elliot qui décomposent le mouvement des marchés financiers en ondes fractales. A l’issue de cette séance marquée par un volume record des échanges, elle allume une cigarette. J’entame un deuxième yaourt. Entre deux cuillérées, convaincu d’être un bon placement qui surperforme l’indice, je me risque à poser la question fatale :

- Pourquoi moi ?

Elle tire une longue bouffée, me fixe droit dans les yeux et dans un éclat de rire, fait partir toutes mes illusions en fumée :

- Quand j’étais petite, j’aimais beaucoup La Belle et le Clochard.

Consolidation oblige, les séances suivantes furent moins glorieuses. Mais la tendance resta globalement bien orientée. Avec toi, disait-elle, je me sens comme dans une bulle. Ce n’était hélas que pure spéculation, et la bulle n’a pas tardé à éclater. Du jour au lendemain j’ai été répudié, sans préavis ni motif. Telle est la dure loi du contrat nouvelle débauche. Avec une Scandinave, les choses ne se seraient pas passées comme ça. Le « congé à la danoise » n’est-il pas réputé pour être un modèle de flexécurité ? En guise d’explication, je n’eus droit qu’à la formule classique : « A 35 ans, j’ai besoin de construire… » J’ai bien essayé de la convertir aux théories de Schumpeter sur la « destruction créatrice ». Sans succès.
Extrait de Radiation, pages 82-83

Jospin : impasse et dérive psycho-géographique

Au départ, au sud de Val-André, il y a Jospinet. Prenez la D17 et vous êtes à La Bouillie (socialiste ?). Continuez toujours tout droit par la D14 et vous arrivez à Matignon. Bifurquez à gauche et vous vous retrouvez à… Plurien. A partir de là, trois directions possibles. A gauche les Hôpitaux, à droite La moinerie, et tout droit le lieu-dit Tu-es-Roc (1). Apparemment, l'intéressé a préféré L'impasse ...

(1) Atlas Michelin des routes de France, page 29, cases D3 et E2, in Radiation, P 54

Réflexion sur la réforme des retraites

La dénonciation rituelle des « profiteurs du système » est une façon commode de ne pas trop s’interroger sur la validité du modèle actuellement en vigueur, qui consiste à se former jusqu’à 20-25 ans, à travailler de façon continue pendant une quarantaine d’années, puis à rester inactif jusqu’à la fin de ses jours. Contestable dans son principe, puisqu’il revient à faire peser sur les jeunes actifs la charge toujours plus lourde des retraites – étrange conception de la solidarité inter-générationnelle ! – un tel schéma est de toute façon devenu caduc, du fait de la persistance du chômage et de la précarité. Etant donné les difficultés croissantes pour intégrer le marché du travail et le caractère de plus en plus discontinu des trajectoires professionnelles, rares sont les actifs aujourd’hui qui pourront toucher les dividendes de ce système par répartition. En revanche, ils sont d’ores et déjà sûrs d’en payer le prix fort en terme de cotisations. D’où le sentiment d’un marché de dupes et la conviction chez certains qu’il n’y a plus aucun intérêt rationnel à fonctionner à l’intérieur d’un tel cadre.

Le système par capitalisation serait-il la panacée ? Il suffit de regarder l’exemple britannique pour se convaincre du contraire. Victimes de l’explosion de la bulle financière au début des années 2000, les fonds de pension privés, auxquels plusieurs dizaines de milliers de salariés avaient confié leur épargne pour financer leurs retraites complémentaires, accusent aujourd’hui un déficit de plus de 150 milliards de livres et se révèlent incapables d’honorer leurs engagements.

La solution ne passe-t-elle pas plutôt par la mise en œuvre de nouveaux dispositifs, permettant à chacun de répartir librement ses périodes d’inactivité tout au long de la vie, au lieu de les concentrer en fin d’existence ? Au-delà des sempiternels débats comptables sur les moyens de sauver le régime de retraite par répartition, le véritable enjeu n’est-il pas de dépasser le clivage entre inactivité subie (chômage) et inactivité conquise (retraite), en créant les conditions d’un autre rapport au temps libre ?

Radiation, P 95-96

Double bind à la française

Le tissu social part en lambeaux, le lien citoyen s’effiloche, le contrat républicain tombe en quenouille… A grand renfort de métaphores cousues de fil blanc, les discours politiques ne cessent de déplorer la disparition d’un monde qui ne reviendra pas – un monde clos, stable, continental, où les trajectoires personnelles et professionnelles étaient linéaires et continues. Le recours systématique au terme « intégration » est de ce point de vue révélateur. Du rejet de la constitution européenne aux manifestations anti-CPE en passant par les émeutes en banlieue, tout est désormais interprété comme le signe d’un « déficit d’intégration ». Mais qui intègre quoi ? Où ? Comment ? La référence incantatoire à ce mot magique n’a pas d’autre fonction que d’entretenir l’illusion d’un système centré, bien circonscrit, avec d’un côté les inclus et de l’autre les exclus - vision confortable qui permet d’afficher à bon compte sa compassion à l’égard des populations rejetées à la marge, mais qui se révèle totalement inopérante dans un contexte social de plus en plus morcelé. Cet éclatement est communément perçu comme une menace, une régression, un délitement, et non comme une opportunité susceptible de créer de nouvelles zones de liberté. Au lieu d’explorer les espaces ainsi ouverts, les responsables politiques s’efforcent tant bien que mal de colmater les brèches, en faisant miroiter un hypothétique retour à la terre ferme. Les uns exaltent « La France d’après », les autres rêvent d’un « ordre plus juste ». Mais tous au fond affichent la même ambition nostalgique : retrouver l’unité perdue, restaurer la belle totalité qui semble aujourd’hui se disloquer, renouer avec les certitudes d’antan – au risque de faire le jeu des idéologies totalitaires, qui ont toujours prospéré sur ce terrain. Faute de grilles de lecture adaptées, les gouvernants semblent condamnés à naviguer à vue. La droite au pouvoir depuis plus de dix ans se contente de caboter en faisant des ronds dans l’eau sous couvert de réformes. Et la gauche, prise dans le tourbillon de ses différents courants, en est réduite à s’accrocher à une barrique vide pour se maintenir à flots, après que tous ses poids lourds ont coulé par le fond – comme dans la nouvelle d’Edgar Poe Une descente dans le maelström.
...
Après avoir ouvert la boite de Pandore pendant des décennies, les politiques n’ont plus rien à proposer, sinon de « faire renaître l’espérance ». Cow-boys ou gauchos, selon la sensibilité, ils en sont tous réduits à convaincre leurs ouailles de réintégrer l’enclos, alors que celui-ci a perdu toute raison d’être. Ceux qui sont à l’intérieur n’ont aucune perspective, tout comme ceux qui sont à l’extérieur. D’où une situation de double bind, qui s’exprime en général dans la rue à chaque tentative de réforme et qui reflète moins le blocage de la société que l’incapacité des politiques à imaginer de nouvelles formes de socialité. En résulte un clivage de plus en plus marqué entre ceux qui restent soumis à la force d’attraction de ce modèle perdant-perdant et ceux qui ont les moyens de s’en libérer ; entre ceux qui subissent de plein fouet le nouvel ordre économique et ceux qui sont en mesure de le retourner à leur profit...

Extrait de Radiation (P 99-100 ; 108-109), en écho aux récents propos de Jacques Attali justifiant la présence de Boris Cyrulnik au sein de la CLCF : "Un des principaux freins à la croissance française, c'est que la France n'est pas gaie, et un psychiatre mieux que personne peut nous expliquer pourquoi la France n'est pas gaie"...

Interview Actuchomage.org

Selon vous, quelles sont les causes du chômage ?

Le chômage n'est pas seulement un enjeu économique, c'est d'abord une construction politique. Au-delà des débats techniques et idéologiques sur les moyens de résoudre le problème du chômage, il faudrait en premier lieu s’interroger sur les présupposés moraux et philosophiques qui fondent une telle construction. Pourquoi le chômage est-il communément perçu comme un drame, une déchéance, alors que l’inactivité d’un retraité est présentée comme un droit absolu, synonyme de délivrance ? Pourquoi l’emploi stable, continu et à temps plein est-il considéré comme la norme idéale, alors qu’il n’y a pas si longtemps, sous la troisième république, le principal parti de gouvernement prônait « l’abolition du salariat, survivance de l’esclavage » ? Pourquoi l’intermittence volontaire, revendiquée par les « Sublimes » à la fin du XIXème siècle, est-elle aujourd’hui unanimement réprouvée ? Autant de questions qui impliquent de reconsidérer notre système de représentation du travail dans la société et que j’ai essayé de traiter, sur le mode de la fable, dans Radiation.

Croyez-vous au retour du plein emploi ?

Du fait de l’évolution démographique et de la moindre progression de la population active au cours des prochaines décennies, le taux de chômage est appelé à baisser mécaniquement, même avec une croissance molle et un nombre limité de création d’emplois – comme c’est déjà le cas aujourd’hui. Dans ces conditions, l’éventuel retour au plein emploi, même s’il est statistiquement envisageable, ne résoudra aucun problème de fond puisqu’il reviendra grosso modo à remplacer des chômeurs par des retraités. L’enjeu n’est donc pas tant de résorber le chômage que de repenser le rapport entre activité et inactivité. Comment organiser la solidarité entre ceux qui travaillent et ceux qui ne travaillent pas ? Comment permettre à chacun de gérer au mieux son temps de travail et ses périodes d’inactivité ? Là se situe le vrai débat.

Quel est votre sentiment sur le concept de "la valeur travail" ?

La référence incantatoire à la valeur travail est très révélatrice de l’incapacité des politiques à penser la mutation en cours. Avec la mondialisation, la financiarisation de l’économie et l’avènement de la société post-industrielle, le rapport au travail a considérablement évolué au cours des vingt dernières années. Faute d’appréhender cette nouvelle donne, les responsables politiques s’en tiennent à des postures strictement moralisatrices. Le travail n’est plus un enjeu à penser, c’est une vertu à célébrer. Ce laborieux catéchisme relève du reste de la pure mystification. Que signifie réhabiliter la valeur travail dans un monde où des entreprises profitables licencient à tour de bras, où l’on compte plusieurs millions de travailleurs pauvres et où la bourse atteint chaque jour de nouveaux sommets (150% de hausse en quatre ans) ? Le comble de la tartufferie est atteint avec Sarkozy, qui prétend réhabiliter le travail et le mérite tout en préconisant la suppression des droits de successions ou encore la mise en place du bouclier fiscal à 50% – ce qui favorisera de fait les rentiers et les héritiers.

Quel est votre sentiment sur le concept du "chômeur profiteur et fainéant"?

Le chômage est juridiquement défini comme une inactivité subie. Le système tend ainsi à enfermer le chômeur dans une alternative simple : Soit il est une victime et il est indemnisé ; soit il refuse de se poser comme tel et il est déclaré coupable d’attenter à la solidarité nationale. La victimisation du chômeur et la stigmatisation du « profiteur » constituent l’envers et l’endroit d’une même logique coercitive visant à constituer une armée de réserve corvéable à merci. Au fond, ce qu’on attend du chômeur, c’est qu’il intériorise parfaitement son statut de victime, qu’il s’affirme comme un être en souffrance et qu’il se montre prêt à tout pour s’en sortir – en acceptant n’importe quel poste à n’importe quelle condition. Résister à l’idéologie en vogue du travail à n’importe quel prix suppose de sortir de cette vision manichéenne – d’un côté le « vrai »demandeur d’emploi qui souffre, de l’autre le « faux » chômeur qui jouit de sa disponibilité – en permettant à chacun d’organiser librement son emploi du temps.

Dans votre livre, vous préconisez de "renoncer à la position centrale du travail dans la conscience et l'imaginaire de tous" : que proposez-vous ?

Le travail aujourd’hui est au cœur d’un double processus de décentrement. Décentrement dans la sphère économique, où la maximisation des profits est de moins en moins corrélée à la création d’emplois. Décentrement dans la sphère privée, où le travail occupe une place relative de plus en plus faible, à la fois en terme de temps (du fait de l’allongement de l’espérance de vie), de ressources (du fait de l’importance croissante des revenus du capital et des prestations sociales ) et d’investissement personnel. Le défi politique consiste à imaginer de nouveaux outils susceptibles d’articuler ce double mouvement. Cela passe à mes yeux par une approche non pas quantitative (« travailler moins pour travailler tous ») mais qualitative de façon à permettre à chacun de « travailler autrement ». Certains, tel A. Gorz (à qui j’ai emprunté la formule "renoncer à la position centrale du travail dans la conscience et l'imaginaire de tous") préconisent l’instauration d’un revenu minimum d’existence – idée généreuse et séduisante dans son principe, mais qui me semble poser davantage de problèmes qu’elle n’en résout. Comme je le développe dans Radiation, la piste la plus intéressante selon moi est celle des « droits de tirage sociaux » défendue par Alain Supiot dans Au-delà de l’emploi et précisée par Bernard Gazier dans Tous « Sublimes », Vers un nouveau plein emploi.

Simone Veil, soutenant Nicolas Sarkozy à Bercy, vient de dénigrer "ceux qui touchent le RMI alors qu'ils n'en ont pas besoin". Qu'est-ce que cela vous inspire ?

Les aides sociales sont souvent perçues comme des soins palliatifs réservés aux plus démunis. Tout le problème consiste alors à faire le tri entre les nécessiteux et les autres, ce qui aboutit immanquablement à la mise en œuvre de dispositifs inquisitoriaux (de type lois Hartz en Allemagne). Pour sortir de cette logique de coercition et de contrôle social, il importe de redéfinir la finalité du système d’assurance chômage et des prestations de type RMI. Le système aujourd’hui repose sur l’idée que l’inactivité est un risque à couvrir, un accident à indemniser, un préjudice ouvrant droit à réparation. Ne pourrait-on pas la considérer comme une opportunité, une transition, une sorte de phase de « recherche et développement » permettant à chacun de construire son parcours professionnel de la façon la plus autonome possible ? Ce serait, me semble-t-il, le meilleur moyen de sortir des fameux (et fumeux) débats sur la « culture de l’assistanat », en faisant des aides sociales non plus une forme d’assistance destinée aux seuls accidentés de la vie, mais un investissement à part entière favorisant la liberté de chacun.

Interview disponible via la page d'accueil du site http://www.actuchomage.org/

Vous avez dit "Malaise des cadres" ?

Extrait disponible sur le site Lignes de fuite.

La non-pensée de Christine Lagarde

Après des années d'incubation sournoise, le virus de l'anti-intellectualisme s'est enfin déclaré. En témoigne ce discours édifiant prononcé la 10 juillet 2007 à l'Assemblée Nationale par Christine Lagarde, ministre de l'économie et de l'emploi. (Même la presse étrangère s'en est émue !)

Morceaux choisis :

"La lutte des classes, c’est une idée essentielle. Essentielle pour les manuels d’histoire. Il faudra certainement un jour en enseigner les aspects positifs. Mais en attendant, elle n’est plus d’aucune utilité pour comprendre notre société. Ce qui importe, aujourd’hui, c’est de se battre pour s’imposer soi-même, et non pas de lutter contres les autres. Demandez aux jeunes, y compris et surtout ceux des quartiers difficiles : un riche, dans leur esprit, ce n’est plus un rentier exploiteur, c’est bien souvent un entrepreneur qui a réussi. Pour eux, l’argent n’est plus synonyme d’injustice, mais d’espoir. Nos jeunes, ils n’ont pas envie de renverser l’ordre des choses, ils ont envie de s’y afférer. Cet état d’esprit est bien reflété par la nouvelle tendance du rap et du R’n’B contemporains. Je vous invite à disséquer ces paroles. Vous y trouverez une vision de la société qui ne renierait pas notre gouvernement, où créativité individuelle et solidarité collective sont intimement liées.Que la jeunesse de notre pays ait une telle envie de réussir, de "crier victoire", c''est, pour nous, le plus bel encouragement à poursuivre notre tâche".

Ou encore :

"Reconsidérer le travail, c’est rompre avec une tradition de mépris qui trouve sa source dans l’Ancien Régime, quand les nobles avaient défense de s’adonner au commerce. La Révolution Française n’a pas mis fin à cette attitude. On la retrouve au XIXè siècle chez de nombreux auteurs : Paul Lafargue, dans son livre Le droit à la paresse, recommande à l’homme de ne travailler que trois heures par jour, et de passer le reste du temps à « fainéanter et bombancer ». Le dernier avatar de ce droit à la paresse, c’est, dans les années 90, le mythe post-industriel de la « fin du travail » : l’homme pourrait, illusion suprême, être définitivement remplacé par des machines et des ordinateurs. La loi des trente-cinq heures est l’ultime expression de cette tendance historique à considérer le travail comme une servitude. "

Et puis ce morceau de bravoure :

"Que de détours pour dire une chose au fond si simple : il faut que le travail paye. Mais c’est une vieille habitude nationale : la France est un pays qui pense. Il n’y a guère une idéologie dont nous n’avons fait la théorie. Nous possédons dans nos bibliothèques de quoi discuter pour les siècles à venir. C’est pourquoi j’aimerais vous dire : assez pensé maintenant. Retroussons nos manches."

Un seul antidote : relire Nietzsche !

Post Scriptum : Merci au Tréponème bleu pâle de signaler Radiation au côté du Droit à la paresse de Lafargue...

Sisyphe président ?

Dans ses Sophismes économiques, le très libéral Frédéric Bastiat illustre mieux que quiconque l’aporie du discours sur la valeur-travail. Son texte intitulé La main droite et la main gauche, publié en 1848, pousse la logique travailliste jusqu’à l’absurde pour mieux en dénoncer les prémisses. Le principe de base est simple : Toute richesse provient de l’intensité du travail. D’où le syllogisme : Plus on travaille, plus on est riche. Plus on a de difficultés à vaincre, plus on travaille. Donc plus on a de difficultés à vaincre, plus on est riche. En conséquence, « nous décréterons, par exemple, qu’il ne sera plus permis de travailler qu’avec le pied. » Cette sophistique de la valeur-travail « consiste en ceci : Juger de l’utilité du travail par sa durée et son intensité, et non par ses résultats ; ce qui conduit à cette police économique : Réduire les résultats du travail dans le but d’en augmenter la durée et l’intensité. »

Telle est bien la logique qui prévaut aujourd’hui, comme en témoignent la multiplication des emplois aidés qui nous ramènent au bon vieux temps des ateliers nationaux, ou bien les revendications visant à imposer aux entreprises bénéficiaires le maintien d’emplois superflus, ou encore le retour en vogue de certains mouvements technophobes appelant à la destruction des machines pour préserver l’emploi des ouvriers. Cette idéologie, qui valorise l’effort au détriment du résultat et qui tend à nous « replacer sous la couche d’eau pour nous fournir l’occasion de pomper », Bastiat la fustige sous le terme éloquent de « sisyphisme ». Au nom de la lutte contre le chômage, tous les responsables politiques sacrifient désormais à ce nouveau culte - y compris les pseudo-libéraux qui militent pour le rétablissement du travail forcé sous la forme du workfare. « Il faut imaginer Sisyphe heureux », affirma jadis un bel esprit. On se gardera bien de le suivre sur ce terrain...

Extrait de Radiation, P 70-71

Ci-gît le Contrat Nouvelle Embauche

Comment motiver la précarité ? Qui a la charge de la preuve en cas de litige ? (...) Sur ces questions sensibles, les débats cèdent souvent au manichéisme, voire à la caricature, en opposant le bon CDI au mauvais CDD, les vrais réformateurs aux faux progressistes, les employeurs « esclavagistes » aux travailleurs opprimés... En réalité, l’enjeu n’est pas d’être pour ou contre la flexibilité, mais de passer d’une flexibilité subie – la précarité – à une flexibilité choisie, semblable à celle qu’expérimentaient autrefois les Sublimes – ce qui suppose de créer de nouveaux droits sociaux et non de détricoter le code du travail comme y invitent inlassablement le patronat et certains partis conservateurs. Pourtant, le primat de l’emploi est tel aujourd’hui que même les plus hautes juridictions contribuent à ce travail de sape. On peut ainsi s'étonner que le Conseil d’État ait validé l’ordonnance promulguant le CNE, en mettant explicitement en avant l’urgence de la lutte contre le chômage. L’idéologie en vogue du « travail à n’importe quel prix » sert ainsi à légitimer des mesures en contradiction flagrante avec les règles internationales et les principes généraux du droit. Jusqu’où le sacro-saint « droit à l’emploi » peut-il être invoqué pour justifier la précarité ? Les prochains développements judiciaires autour du CNE devraient fournir des éléments de réponse. A suivre donc

Extrait de Radiation, P 90-91

Recension Les Echos

Article paru à la une du supplément loisirs du journal Les Echos daté du 11 mai 2007, sous le titre Drôle de livre, Monsieur le président.
Lire également le dossier publié le 29 juin 2007 sur le thème : "L'économie-fiction : Quand les romans prennent pour cadre l'entreprise et le monde économique".

Interview Chronicart

Interview électronique accordé à Cyril de Graeve, rédacteur en chef de Chronic'art.

1- Que vous inspire le quinquennat Sarkozy ? Et quel pourrait être le sentiment de Franck Valberg ?

Je ne sais pas le sentiment de Franck Valberg, qui se définit comme un « réfractaire, mal vu à droite, mal vu à gauche, vomi par le centre, étranger aux marges »… Pour ma part, le déroulement de la campagne électorale et le résultat final me renvoient l’image d’un pays sclérosé, replié sur lui-même, crispé sur son identité nationale, qui préfère ressasser son passé (« liquider l’héritage de mai 68 ») et se réfugier dans l’incantation moralisatrice (restaurer la valeur travail, l’autorité, l’ordre, etc.), au lieu de se projeter dans l’avenir pour affronter les vrais enjeux (mondialisation, construction européenne, mutation post-industrielle, etc.).

2- Avez-vous le sentiment que ce que vous avez à dire doit nécessairement passer par l'écriture de roman ?

Pas forcément. La pratique littéraire ne me semble plus liée à un support particulier (le livre) ni à un genre privilégié (le roman). Elle prend aujourd’hui des formes de plus en plus hybrides, intégrant les apports d’autres champs artistiques – cinématographiques, multimédia, arts plastiques, etc. Radiation ne se présente d’ailleurs pas comme un roman, mais comme une docu-fiction, à mi-chemin entre la fable et le pamphlet. Et Le Décodeur, bien qu’estampillé roman, relève plus de la construction hypertextuelle que du roman conventionnel.

3- Vous considérez-vous aujourd'hui comme un écrivain ? Si oui, qu'est-ce que cela signifie pour vous ? Si non, pour quelle(s) raison(s) n'en seriez-vous pas un ?

Réponse dans Radiation (P38-39) :

Monsieur Valberg se prendrait-il pour un artiste ? Surtout pas ! « J’ai horreur de tous les métiers. Maîtres et ouvriers, tous paysans, ignobles. La main à plume vaut la main à charrue. - Quel siècle à mains ! » Dixit Rimbaud. L’artiste aujourd’hui, même s’il clame haut et fort son hostilité à la marchandisation du monde, est devenu une figure emblématique du nouvel esprit du capitalisme. A la fois modèle d’accomplissement personnel et créateur de valeurs au même titre que n’importe quel chef d’entreprise, il incarne mieux que quiconque le fantasme ultime de l’économie dématérialisée : transformer le plomb du réel en or par la seule magie de sa signature. A la question : « Vous sentez-vous l’âme d’un artiste » ?, on préférera donc répondre par la négative, en s’inspirant de l’exemple de Monsieur Teste : « Un des dadas de Monsieur Teste – et non le moins chimérique – fut de vouloir conserver l’art – Ars –– tout en exterminant les illusions d’artiste et d’auteur. »

4- Nous avions évoqué rapidement lors de notre rencontre la mouvance Bégaudeau et la volonté de l'auteur de réhabiliter le "roman engagé". Radiation, dans un sens, n'est-il pas justement un roman engagé ? La littérature doit-elle être engagée ?

Le retour en vogue du « roman engagé » s’inscrit dans une tendance générale visant à restaurer les anciennes postures idéologiques et à revenir à la bonne vieille pensée binaire. Radiation est une fable politique, mais pas un roman engagé dans la mesure où il refuse d’envisager la question du chômage à travers les oppositions classiques – inclus/exclus, dominants/dominés, etc. Il s’agit avant tout de susciter une réflexion critique sur les présupposés moraux et philosophiques qui fondent notre rapport au travail. De façon générale, la littérature ne me semble pas avoir vocation à être engagée. Face à une réalité de plus en plus complexe et difficile à appréhender, l’enjeu est avant tout de faire émerger de nouvelles grilles de lecture – et non de produire des fictions ou des récits qui corroborent les anciens modèles.

5- Nous n'avons pas parlé du cas Jonathan Littell, dont le succès à la rentrée dernière, pourrait bien, semble-t-il, bouleverser le paysage littéraire français ? Comment avez-vous perçu ce succès inédit d'un écrivain dont c'était le premier roman et qui n'a fait aucune apparition dans les média ?

Je n’ai pas lu l’ouvrage de Littell. Il m’est donc difficile de répondre. Mais je ne crois pas que le phénomène des Bienveillantes bouscule ou renouvelle grand chose. Il est juste le signe que sur un marché saturé et de plus en plus formaté, la pratique du hors-jeu est la meilleure façon de rafler la mise. Pour le reste, je souscris volontiers à l’analyse de Nabe...

6- L'écrivain, pour exister, doit-il disparaître ?

L’attitude de retrait est une posture publicitaire parmi d’autres. Je préfère la stratégie formulée par l’écrivain romantique allemand Jean Paul : « Dans le domaine du pur savoir, la discrète manifestation de l’auteur, tout autant que sa dissimulation dans l’art, témoigne souvent d’un pouvoir supérieur. »

7- Nous avons rencontré Frédéric Beigbeder, dont le nouveau roman paraît en juin et non pas en septembre, qui dit vouloir abandonner toutes activités annexes à l'écriture pour se consacrer à son statut d'écrivain... Que vous inspire cette nouvelle posture de la part d'un personnage public comme lui ?

Il ne suffit pas de faire vœu d’abstinence télévisuelle pour se refaire une virginité littéraire…

Recension Figaro Magazine

Présenté comme un « docu-fiction », scandé par des titres de Brian Ferry et de Roxy Music en tête de chapitres, Radiation de Guy Tournaye a toutes les séductions d’un objet littéraire non identifié. Le narrateur, un certain Franck Valberg, recruté par un « cabinet en organisation et stratégie d’entreprise », saisit bientôt la justice à la suite d’un litige sur la nature des CDD signés. Prud’hommes, appel, cassation… La procédure (finement commentée) forme le fil rouge du livre. Entre-temps, Valberg, enrichi d’un bon paquet de Sicav, voyage de RMI en ANPE, digresse brillamment sur « la rupture du lien entre travail et argent », prône « l’intermittence volontaire » et compare le sexe à un « rallye boursier ». Qui est Franck Valberg ? Un libertin économique, un dynamiteur d’idées reçues. Flirtant avec l’anarcho-capitalisme, il brocarde le fétichisme victimaire du chômage et les appels incantatoires à « l’intégration » par l’emploi stable. Pourquoi et comment s’intégrer dans un monde désintégré ? Mieux vaut « sortir du dispositif ». Au fond, Radiation plaide pour l’acte poétique. On comprend l’hommage à Roxy et à son patron de charme.

Jean-Marc Parisis
Le Figaro Magazine, daté du samedi 30 juin 2007.

Recension Technikart

Ne plus travailler, gagner beaucoup avec Guy Tournaye

Après une élection qui aura vu chaque candidat y aller de sa petite célébration du travail, Guy Tournaye signe un roman à donner le tournis au Medef et à l’ANPE. Franck Valberg, le « héros » de Radiation, est un enfoiré de la pire espèce : après s’être fait un juteux pécule en bourse, il se fait embaucher pour un CDD chez Gracen&Gracen, cabinet de conseils en stratégie d’entreprise. Jouant sur une erreur de contrat, il envoie son employeur aux Prud’hommes. En attendant le procès et son dû, il pointe à l’ANPE, qui le déclare… inapte au travail pour cause de profil INTP (personne introvertie et insensible qui a besoin de nouveauté et d’exigence intellectuelle). Parasite ultime, Valberg est « mal vu à droite, mal vu à gauche, vomi par le centre », ce qui lui laisse le temps de révéler les apories du système et de prôner, en bon branleur, une remise en question du rapport activité/oisiveté.

Le coupable de ce roman à thèse avait déjà publié Le Décodeur, roman truffé de détournements. Même principe pour cette Radiation, où une citation de Nietzsche peut précéder une formule de Henry Ford. Ajoutons que l’auteur est fan de Roxy Music (chaque chapitre porte le nom d’une chanson du groupe), et qu’il est capable d’écrire une scène de cul comme une analyse du Cac 40. Enfin, ce livre hilarant possède une morale en forme d’énigme à méditer en deux CDD. Un sacré boulot.

Jean Perrier
Technikart
Juin 2007

Recension Le Monde des livres

C’est un livre drôle et grave, de ceux qui dérangent et donnent à réfléchir. Radiation est une invitation, sous forme de fable, à reconsidérer notre système de représentation du travail dans la société. Admis dans une grande école de commerce – une erreur d’aiguillage -, le narrateur enchaîne les emplois précaires et nous fait entrer de plain-pied dans le langage des sigles : RMI, DTR, CMU, PAP et autres joyeusetés. Dans ce monde, le chômeur est « un déchet qu’il faut à tout prix recycler pour le rendre à nouveau soluble dans le marché du travail ». Pendant ce temps, Guy Debord se vend en tête de gondole, et les tee-shirts antipub (genre No Logo) s’arrachent. Le monde tourne, mais on se demande encore comment. Comme dans son remarquable premier roman Le Décodeur, Guy Tournaye explore plus qu’il ne déplore. La charge n’en est que plus forte.

Emilie Grangeray

Peste ou choléra ?

L'une dit : "La principale bataille se fera sur la question du travail. Il ne faut pas laisser la droite se réapproprier cette question. La revendication de la valeur travail, c’est la principale bataille idéologique : elle est au cœur des valeurs qu’il faut développer pour la plate-forme présidentielle." (Le Monde du jeudi 18 janvier 2007)

L'autre : "Je dis : « On va travailler plus, on créera davantage de richesses, on aura davantage de croissance et on résoudra le problème du pouvoir d’achat. » Elle, elle dit : « Je vais dépenser plus. » Et sans nous expliquer comment elle va faire. Sa logique est celle de l’assistanat. La mienne est celle du travail. Ma stratégie commence par le travail, se poursuit par le travail, se termine par le travail. Car la crise morale française porte un nom : c’est la crise du travail." (Le Parisien du mercredi 21 février 2007)

Est-on vraiment obligé de choisir ?

Chronique sur le site Actuchomage.org

Article de Sophie Hancart publié sur le site Actuchomage.org :

Mi-fable mi-pamphlet, voici une brillante "docu-fiction" qui zoome sur le chômage de ce début de siècle, période ô combien néfaste pour l'emploi et dont beaucoup d'entre nous en ont fait les frais. Pour illustrer au fur et à mesure ses observations extrêmement pertinentes, l'auteur a choisi d'encadrer son récit par les tribulations de Franck Valberg dans l'engrenage prud'homal, de son entretien d'embauche avec l'employeur qui va l'arnaquer jusqu'à sa victoire finale, certes dérisoire... cinq ans après.

Entre temps, il va expérimenter le chômage de masse sous sa forme la plus atypique. Diplômé Sup’ de Co devenu consultant, à trente-cinq ans, Franck Valberg est un "intello précaire" qui effectue des missions ponctuelles en CDD pour des entreprises de conseil installées dans les quartiers chics de Paris, friantes de slogans issus du marketing et de la pub, maniant la métaphore volontariste et le novlangue en franglais. Travailleur indépendant dans un monde où il faut en jeter, ce jeune bourgeois-bohème est "actionnaire de sa propre existence". Il dispose, d'ailleurs, d'un pécule judicieusement placé qui va lui rapporter plus de six fois sa mise en quelques années grâce à "l’exubérance irrationnelle des marchés financiers"... Clin d'œil qui installe d'emblée une fine réflexion sur la "valeur travail" à l'heure de la spéculation triomphante. Sublime aberration que ce chômeur bac + 5 muni de SICAV, produit d'un système à la logique kafkaïenne que l'auteur, avec moult talent et efficacité, va s'employer à nous décortiquer.

Franck Valberg est un jeune homme cultivé, au regard caustique et drôle qui, après avoir goûté au culte de la performance, expérimente "l’assistanat", ses méandres et ses contradictions. Il n'est pas là pour en souffrir mais pour l'observer. C'est donc un régal de le suivre à la CAF demander le RMI (car il est trop précaire pour les Assedic), puis en entretien à l'ANPE ou avec la psy chargée d'évaluer son OEI (objectif emploi individuel). Finalement, vus sous cet angle, le jargon codé - ASS, DTR, APL, STIF, CMU, PAP, EMT, OPI, ECCP… -, les "charlataneries" et autres "emplois parasites" issus du traitement social du chômage nous font hurler de rire. Sauf qu'ils coûtent une fortune pour un résultat médiocre. Il est désopilant de le suivre chez ses amis qui bossent, des cadres supérieurs stressés, "socialement intégrés, issus pour la plupart de milieux favorisés", faussement contestataires qui "se posent désormais en victimes d'un système dont ils sont au quotidien les serviteurs zélés". Franck Valberg ironise autant qu'il analyse. De la logique marchande qui gangrène tout à la croissance sans emplois (jobless recovery), du poids du chômage qui pèse sur la collectivité et fait pression sur les salariés, de la stupide logique travailliste à une vraie réflexion sur le travail lui-même, l'auteur ouvre le débat sur des alternatives de "renoncement à la position centrale du travail dans la conscience et l'imaginaire de tous" en explorant quelques pistes à la fois philosophiques et économiques, au-delà de toute hypocrisie moralisatrice.

Il rappelle qu'avec le machinisme, l'avènement de la norme de "l'emploi stable à vie" est aussi à l'origine du chômage au début du XXe siècle. Il plaide pour le "gai travail" et pour de nouvelles formes de socialité qui redonnent du sens et de la dignité à l'existence humaine. C'est court (trop court, on en redemande), c'est drôle, et très instructif. C'est à la fois un bilan précieux des événements sociaux de ces cinq dernières années, et un pas vers l'avenir.

Sophie HANCART

Lire également l'interview

Plaidoyer pour la liberté ou apologie de l'oisiveté ?

La liberté n'est pas oisiveté; c'est un usage libre du temps; c'est le choix du travail et de l'exercice. Etre libre en un mot n'est pas ne rien faire, c'est être seul arbitre de ce qu'on fait ou de ce qu'on ne fait point. Quel bien en ce sens que la liberté !
...
Il ne manque cependant à l'oisiveté du sage qu'un meilleur nom, et que méditer, parler, lire et être tranquille s'appelât travailler.

Jean de La Bruyère , Les Caractères.

Radiation : note d'intention

Avec la mondialisation, la financiarisation de l’économie et l’avènement de la société post-industrielle, le rapport au travail a considérablement évolué au cours des vingt dernières années. Le marché de l’emploi, qui apparaissait jadis comme un continent stable, s’est disloqué, « archipélisé », pour laisser place à des trajectoires professionnelles de plus en plus atomisées, instables, discontinues. Ce processus, communément perçu comme un délitement, donne lieu aujourd’hui à trois types de discours :
- Nostalgique, visant à restaurer l’ordre ancien hérité des trente glorieuses et à préserver coûte que coûte un modèle social financé par l’emploi stable, continu et à temps plein.
- Clinique, auscultant les dommages causés par cette désagrégation – sous la forme du roman (« Extension du domaine de la lutte », « Marge brute », etc.) ou de l’essai sociologique (« La France invisible », « 7 millions de travailleurs pauvres », « La dérive des classes moyennes »...).
- Fataliste, prônant avant tout « l’adaptabilité », conformément à l’idéologie managériale en vogue.

Dans tous les cas de figure, le chômage est appréhendé comme le résultat d’une évolution économique – qu’il s’agit au choix de contrecarrer, de réguler ou d’épouser au plus près -, et non comme une construction politique – dont il importe de reconsidérer les fondements et la finalité. Comme l’ont montré les débats lors de la récente campagne présidentielle, cette évacuation du politique se traduit par des postures oscillant entre mesures gestionnaires (censées relancer la croissance et la création d’emplois) et incantations moralisatrices (exaltant la valeur travail, l’effort, etc.) - sans qu’émerge la moindre analyse de la mutation en cours. Il suffit de relire la Lettre à tous les Français de Mitterrand pour mesurer à quel point le diagnostic sur la société n’a guère évolué depuis 1988. Tout se passe comme si les traditionnelles grilles de lecture – idéologiques, théoriques, politiques – n’avaient plus aucune prise sur le monde réel et contribuaient en dernière instance à légitimer des discours strictement fictionnels.

A l’inverse, le recours à la fiction peut être envisagé comme un moyen privilégié d’appréhender la réalité dans sa complexité – à condition d’échapper aux poncifs du roman engagé ou du roman sociologique. Il s’agit plutôt pour le romancier d’opérer une sorte de radiographie du réel – le matériau fictionnel faisant office de révélateur. Dans le cas de Radiation, chaque scène correspond à une situation vécue, mais racontée à travers un personnage fictif qui en déplace la perspective. Le romancier se contente de recueillir l’image ainsi produite et de l’analyser selon son propre point de vue. Libre ensuite au lecteur de partager ou non l’optique défendue dans l’ouvrage…